La ville de Libercourt a été pendant de nombreuses années un hameau de la ville de Carvin.

Libérée de la tutelle de CARVIN, Libercourt est née le 1er septembre 1947

En 1875, 700 habitants y vivaient. Le 1er septembre 1947, après des dizaines d’années d’instruction, Libercourt devint une ville à part entière, par décret du Conseil d’État. Les pétitionnaires avaient alors les arguments nécessaires : une population de 900 habitants, une distance Carvin / Libercourt de 5 km, séparées par un bois de 2 km de longueur, une gare, une mine de houille, plusieurs fabriques et une carrière de sable. Libercourt abritait également deux écoles et une paroisse érigée depuis 50 ans.

En presque 100 ans, l’épopée minière aidant, la population augmenta pour atteindre près de 10 000 habitants. Polonais, italiens, portugais, algériens, marocains arrivèrent à Libercourt pour y travailler, accompagnés de leur famille. Aujourd’hui encore, notre population est riche de cette diversité.

Le centre-ville se situait alors entre l’église Notre Dame et la Poste, constitué de nombreux commerces. Mais avec l’installation des familles au sein des cités minières, la commune s’est étendue et le coeur de ville a perdu sa centralité. A l’époque, les commerces, souvent situés au rez-de-chaussée des habitations ont progressivement fermé lors des départs en retraite des propriétaires. C’est la raison pour laquelle, la grande ambition de la municipalité est de recréer un véritable centre-ville où l’activité économique a une place importante, en réimplantant habitations et commerces en périphérie de la place qui y sera aménagée.

 

 

Histoire du blason 

Les armoiries de la ville ont été adoptées après consultation des archives départementales par le Conseil Municipal.

Érigée en commune en 1947, Libercourt ne formait pas, sous l'Ancien  Régime, une communauté d'habitants distincte. Elle dépendait comme Carvin de la principauté d'Epinoy.

La ville de Carvin a adopté les armoiries de la maison de Melun, qui a possédé la seigneurie d'Epinoy de 1327 à 1724, soit " d'azur à sept besants d'or posés trois, trois et un, et au chef d'or".

Lors de l'échange territorial de 1959 avec la ville d'Oignies, Libercourt a regroupé les deux parties du hameau de Garguetelles : l'une appartenait à la principauté d'Epinoy, l'autre était terre d'Empire aux armes " d'or et d'argent à l'aigle déployé ".

 

Le directeur des archives départementales a donc proposé et fait adopter un blason séparé dans le sens vertical comprenant à gauche les armes de Melun et à droite les armes impériales.

L'écu est surmonté d'une couronne murale à trois tours, attribut des armes communales.